L’histoire de Chaudun

Le 1er avril 1896, tous les habitants de Chaudun quittaient volontairement leur village, laissant derrière eux une chapelle commémorative  et leurs maisons, vides de meubles et portes ouvertes. Pourquoi et comment en sont-ils arrivés là ?

Trois ans de recherches, de fouilles d’archives, de rencontres et de travail d’écriture pour que ce roman historique sorte enfin en librairie !

Pourquoi avoir choisi ce village si loin de chez moi ?  Mon premier objectif était d’écrire une histoire de trajectoires individuelles bouleversées par un destin collectif quand je suis tombé, un peu par hasard, sur le blog d’un historien gapençais éveillant ma curiosité.

  •  La disparition de Chaudun a pour  singularité d’avoir été voulue — et non subie — par ses habitants.
  •  La requête d’expropriation nécessitait la signature de l’unanimité des propriétaires, d’où  d’inévitables conflits.
  • L’attente fut si longue avant que l’accord de l’État soit enfin obtenu que les jeunes s’exilaient, les cultures étaient abandonnées et la pauvreté s’aggravait encore. Le rêve devenait-il une chimère ?
  • Cette histoire du 19ème siècle a d’étonnantes résonances politiques et économiques avec notre époque.
  • Par cette décision commune, chacun choisissant de quitter la terre de ses aïeux, un autre avenir s’annonçait, de nouveaux espoirs naissaient.

Voilà pourquoi je me suis attelé à cette histoire que je voudrais maintenant vous faire partager en vous invitant à vivre, au fil des pages, les dernières années du village de Chaudun. Je me suis attaché à rester au plus près de la vérité historique et vous lirez beaucoup d’anecdotes réelles là où elles vous le paraîtront peut-être le moins. Mon imagination de romancier n’a fait que combler les vides pour restituer l’humanité de cette chronique.

Bonne lecture.

 

ps: Ce roman est d’abord paru chez un éditeur régional, réédité par lui en format poche, puis repris par Pocket et Audilibre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :