Hello darkness

En ce 12 juin, lendemain de son anniversaire, Jean s’est levé comme d’habitude vers 9 heures, a déjeuné tranquillement, fait sa toilette, plié et rangé soigneusement ses affaires, embrassé sa femme – un peu plus longuement et tendrement que d’habitude – avant de sortir en fermant doucement la porte de l’appartement. Jean a un rendez-vous important et incontournable.

Oui, pourquoi ?

C’est, pour moi, une autre façon de partir en mer. À l’instant où je me mets devant ma feuille ou mon clavier (selon l’urgence), j’oublie à la fois le monde, ses vacarmes et turbulences, et ce mec banal levé à l’heure des poules (ou au chant du coq si vous préférez, bien qu’il y ait longtemps que je ne l’ai entendu !). Mon passé, lointain et proche, s’effaçant d’un coup, me voilà transformé en alchimiste, pour un présent paranormal et jubilatoire.

Rentrée

  Si la rareté fait la valeur de certains objets, celle du temps – je parle de celui des années qui passent – en procure une autre. Profiter de l’été pour nager, faire du vélo, se promener, rien qui ne soit pas là très banal. Pourtant, arrivé à un certain âge, la conscience de la finitude donne à ces plaisirs un surplus d’intensité qui dépasse l’ordinaire.

Back to Top