Pierre Bussière

Liturgie familiale

Dans les années cinquante, la France se reconstruisait, la bourgeoisie provinciale se réinstallait et je traversais l’âge ingrat dans le sein affectueux d’une famille protectrice aux rituels immuables dont le déjeuner dominical était le point d’orgue. Le dimanche matin, ma sœur aînée, en âge de trouver mari, n’avait d’autre choix que de parfaire son éducation culinaire en aidant notre mère tandis que mon grand frère se hâtait de finir son travail scolaire pour être autorisé à filer l’après-midi retrouver des copains ou, sous leur couverture, quelque flirt éducatif. Si bien que, sur les coups de 11 heures, j’accompagnais seul mon père à la pâtisserie choisir les petits gâteaux du dessert. Je l’accompagnais – et je l’assistais – dans cette mission tout

Lire la suite »

La chute du magicien

Quand Vincent Pomédio change la chute de mon histoire, elle en devient tout autre. Il est intéressant de lire les 2 versions et l’explication technique de la modification :” J’ai juste adapté cette chute pour une question de cases. Avec 3 cases, ça limite souvent l’enchaînement d’un gag. Pour ton idée, il m’aurait fallu 2 cases de plus pour marquer l’attente et l’impatience du public.” Comme quoi si l’écriture et le dessin peuvent être complémentaires, l’un et l’autre ont leurs contraintes ! Comme elle est courte, je vous redonne ici ma version originale : “En final de son spectacle un célèbre magicien annonça tenter, pour la première fois, de se faire disparaître. Il y parvint si bien qu’ on ne

Lire la suite »