Pierre Bussière

Trou de mémoire

Ce mot-là, je l’avais encore en tête, entouré de quelques autres quand, à l’instant de le coucher sur un papier, voilà qu’il s’est éclipsé de mon cerveau. Sans doute n’aimait-il pas la compagnie sémantique que je lui proposais, mais ce genre de mésaventure survient de plus en plus souvent.  Les nom propres, passe encore, mais les communs, ça ne l’est pas ! Ah ! ce que c’est agaçant ! Au voleur ! au voleur ! à l’assassin ! au meurtrier ! Justice, juste ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné ; on m’a volé ma mémoire.  Certes, le dictionnaire, toujours à mes côtés, vole aussitôt à mon secours, mais les synonymes ne constituent que des ersatz, des jambes de

Lire la suite »

La lune au fond du puits

Par une belle nuit d’été, Nasreddin Hodja se rendit dans son jardin, un seau à la main, pour puiser l’eau du puits. Il se pencha pour voir si le seau était plein, et fut effrayé de trouver la lune dans l’eau du puits. — Quelle catastrophe ! La lune est tombée dans le puits! Il retourna chez lui, prit un seau plus grand, espérant ainsi la sortir de là. Il fixa le seau à la poulie et se mit à tirer de toutes ses forces. Malheureusement la corde céda et il tomba à la renverse. Un peu étourdi, il se remettait lentement du choc, quand il rouvrit les yeux et vit la lune dans le ciel. Avec un soupir de

Lire la suite »

croquis

Une demi-douzaine de cadres cravatés sortent d’une réunion avec l’air important de personnes ayant sauvé le monde. Mais de quoi ? Quatre experts d’assurance, dossiers fermés sous le bras, justifient leurs honoraires en papotant amicalement sur le trottoir. 8heures. Un SDF d’une vingtaine d’années roule ses affaires de la nuit dans un sac. Un passant offusqué hausse les épaules en levant les yeux au ciel.

Lire la suite »

Les enfants des autres

Un film de Rebecca Zlotowski. Le thème: Une femme devient la copine d’un homme divorcé et reporte son désir d’enfant sur la petite fille de celui-ci, mais…. Hâtez-vous d’aller voir ce film avant qu’il soit retiré des salles pour : La splendide interprétation de Virginie Efira La justesse des dialogues et des situations L’évitement du piège du pathos. Seul petit bémol personnel : La mère biologique et le père sont restés très amis. Ça existe dans la vraie vie ?  

Lire la suite »

culpabilité

Mon père m’a rendu  visite. Il y avait si longtemps, si longtemps que nous ne nous étions pas vus. Une éternité. J’étais très ému et je l’ai serré très fort dans mes bras en retenant mes larmes. D’une trop grande pudeur de ses sentiments, il ne les aurait pas aimé.  « J’ai tant de choses à te dire, tant de choses que j’aurais voulu te dire avant ton départ. » lui ai-je murmuré, le cœur battant la chamade. Et puis, désireux de lui faire plaisir et en souvenir de notre cérémonial  du petit gâteau dominical , je l’ai planté là quelques instants pour me rendre à la pâtisserie toute proche. Hélas, elle était fermée, ce dont j’aurais dû me douter

Lire la suite »

Les mouettes

Sur la dune, un groupuscule de mouettes tient sa conférence d’été. Tranquillement rassemblées la vingtaine d’adhérentes débattent de leur refondation quand, sous l’impulsion de leur cheffe de file, les voilà qui décollent toutes ensembles, font le tour du bosquet d’arbres voisin et retournent, les unes après les autres, au point de réunion ( sans que je puisse affirmer qu’elles reprennent exactement les mêmes places). Quelques minutes plus tard, même mouvement, encore et encore. Rite mystérieux ,vaines tentatives de réorganisation, volonté de montrer leur ancrage territorial, initiation des nouveaux membres ou simple détente collective ? Et puis, autre question sans réponse:  toutes les mouettes peuvent-elles participer ou doivent-elles avoir un plumage spécifique ? Ce qui est sûr, c’est que je n’ai

Lire la suite »