Les badauderies

textes courts

Vieillissant

Suite à ma remarque sur ” le regard des autres”,  un ami m’adresse ce texte d’Olivier de Kersauson. Il m’a semblé préférable de de ne pas le limiter à un simple commentaire et de vous le proposer ici. Sa conclusion est une belle leçon de vie que j’ai personnellement bien du mal à suivre ! Vieillissant, je ne me dis pas que les promenades en bord de mer seront de moins en moins nombreuses mais je me dis que les attaques de la nostalgie vont se faire de plus en plus fréquentes. Et c’est normal car j’ai plus de passé que d’avenir, donc dans l’équilibre de mon psychisme, il y a davantage de choses faites que de choses à faire.

Lire la suite »

11 novembre 2021

Dehors le ciel n’obéit qu’à lui seul et le vent est partout ; sur la mer, échouée comme nous tous, un arbre, je le regarde en frère, je voudrais savoir d’où il vient, si c’est d’Alger, ou de Tadoussac, si c’est du Frioul tout proche, mais tous les lieux se fondent dans l’arbre qui fait violence à toute idée d’origine et de pureté, de race, qui fait violence à tout ce qui sous le soleil n’est pas poursuite du vent, l’arbre sans racine ni branche tendue vers aucun nuage, je le regarde et je m’éloigne quand la respiration des vagues l’a épuisé, et qu’il m’a transmis son secret, que je ne dirai pas, pas ici. Pas un jour ces jours où

Lire la suite »

Le sens du rythme

Mon obsession devant le temps qui fuit m’a fait vivre à toute allure dernièrement. A force de courir je n’ai fait que m’essouffler. Savoir trouver la cadence entre les temps forts et les temps faibles pour obtenir l’eurythmie de l’existence n’est pas donné à tout le monde. Rythmer sa vie dans l’harmonie est un art : l’art de vivre. Il faut accepter les remous qui arrivent en alternance comme des battements de cœur ou comme le balancement du métronome. Il faut contrôler sa vie avec le savoir-faire du poète qui maîtrise l’accord des sons et construit des vers. Comme il faut du talent pour garder le tempo ! Décidemment j’ai besoin de changer de rythme… Nessa   Entre 2000 et

Lire la suite »

Dans les draps gris d’un après-midi.

(Humeur)… car, lorsque celui-ci m’a connue, je n’étais rien et n’avais rien, même plus le sommeil ni l’appétit, ni non plus l’envie de vivre, et bientôt plus de toit. Celui-ci m’a aimée avec ce rien que j’étais et que j’avais, il m’a soignée et il m’a sauvée. Et celui-là, quand il m’a connue, je n’étais pas grand-chose et n’avais pas grand-chose, à peine le sommeil et si peu le goût de vivre, et il m’a aimée avec ce peu que j’étais et que j’avais. Il m’a sauvée, et il a donné à ma vie le sens qu’elle n’avait pas qui me fait me lever matin. Un troisième m’a rêvée et, comme beaucoup avant lui, car ils sont innombrables, n’a pas

Lire la suite »

Automne

Il faut dire que tu es superbe. Fugace comme un coucher de soleil, tu illumines la Terre avant de nous offrir la nuit hivernale. Le portail féerique avant le chemin de neige et de glace… Automne, j’aime voir tourbillonner tes feuilles dans l’air du temps. C’est une exquise tristesse, un sentiment indéfinissable qui me ravit malgré moi. J’aime tes couleurs vives et tes lumières douces, de tant de beauté tu nous enveloppes, merci… Mais tes arbres se déplument si vite ! Un coup de vent, un peu de pluie et les pelouses se recouvrent de ton tapis d’Halloween. Pourquoi partir si vite ? Parce que l’hiver te botte les fesses ? Parce que sa majesté impériale désirerait installer ses quartiers

Lire la suite »

Prélude d’automne

L’arbre se déshabille. Ses feuilles tombent, prélude d’un automne qui se prépare. Sa charpente de bois élancée intrigue et émerveille de ses formes recherchées. L’imagination se mêle à la folie, têtes et cornes se jetant dans l’aventure. L’arbre se déshabille sous la caresse des nuits plus longues et le regard moins tendre de la lune. Le soleil fuit cette misère, tandis que la force et la puissance de ses branches se dessinent à l’horizon. Elles arpentent le ciel qui rougit soudain en signe d’un gel annoncé. L’arbre se déshabille afin que l’hiver lui offre un voile blanc. Hollynx Entre 2000 et 2005 j’avais déjà créé un blog collectif appelé “Dparoles” dont j’avais imprimé tous les textes dans un livre- souvenir

Lire la suite »

Selfies

Le tourisme de notre époque consiste-t-il à traverser la planète pour quelques selfies  imbéciles et nombrilistes ? Malheureux monuments et paysages volontairement floutés à longueur de journée au profit de la  bobine en premier plan du touriste-photographe amateur. D’ailleurs les guides locaux, soucieux de satisfaire leurs clients, n’arrêtent-ils pas soigneusement leur bus à des endroits bien définis pour permettre  de faire la photo-souvenir ? La même pour tous, donc le même regard sur le lieu. Notre planète a été tant photographiée sous toutes ses coutures qu’il suffit aujourd’hui d’un écran pour la visiter  de chez soi (qui plus est confortablement ) et qu’il devient inutile et trop coûteux en CO2 de prendre l’avion ou le bateau pour n’en ramener que des

Lire la suite »