Et vlan, voilà mon anniversaire !

Sachez, pour bien me comprendre, qu’il y a belle lurette que deux chiffres piqués sur le gâteau se substituent à des bougies qui ne pourraient plus respecter la règle de distanciation barrière proportionnée d’un centimètre !

Nous en sommes bien d’accord, même si certains philosophes prétendent que le temps n’est qu’une affaire de conscience, aujourd’hui ne fait que suivre hier et précéder demain. Pourtant, vlan, me voilà d’un coup avec un an de plus et pas seulement ce jour!

Pourquoi accordons-nous de l’importance à fêter ainsi son âge ? De toute évidence, un prétexte à une petite réunion familiale et à des cadeaux mais, plus encore, un rite de passage d’un temps à un autre. Une sorte d’absolution du passé pour se retrouver avec un supplément d’âme face aux 365 jours à venir et un rendez-vous donné pour cette date future, cependant chaque année plus hypothétique, faisant davantage d’un compte  un décompte.

Célébrer les anniversaires est une mode relativement récente que l’église, notamment sous l’impulsion de saint Augustin, condamna en tant que péché d’orgueil pour y substituer la célébration des saints patronymes et il fallut attendre la réforme protestante pour que réapparaisse l’anniversaire de naissance. D’ailleurs jusqu’au milieu du XXème siècle, les anniversaires des enfants étaient encore peu fêtés, voir interdits dans les institutions catholiques. Vous voilà, grâce à mon anniversaire, plus savant sur la chose, n’est-il pas ?

Quoiqu’il en soit, quand ce sera votre tour et quelque soit votre âge, bon anniversaire ! Profitez alors du moment présent qu’il vous offrira. Ce qui est pris…

Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie. (proverbe chinois)

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :