Exilés

Le toujours d’une patrie
d’un pays d’un souvenir
dans la nuit
pour un exilé de langage et de cœur
aux abois sur les routes
perdant son espérance au goutte à goutte

Il y a des mots
pour dire la brume la pluie
dans la tête sous les paupières
pour dire les toits hérissés des villes
le macadam
les toujours les jamais
les nulle part

des mots
et ce dard dans la gorge
à chaque fois que quelqu’un dit
qu’il doit faire beau là-bas
qu’on y retournera

Il y a des mots
toujours les mêmes
qui rongent les sangs
quand ils rêvent jusqu’à la désespérance
les pieds collés au goudron

Thérèse André-Abdelaziz

https://www.facebook.com/therese.andreabdelaziz

Chemin d’heures 2019 Chloé des Lys

Membre des Romanciers Nantais,

de l’AEB (Association des Écrivains Bretons) ,des EAT (Écrivains associés de théâtre), Sociétaire de la SACD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :