Le crime des fleurs coupées

Avez-vous conscience que le jour de la fête des Mères est un véritable génocide, une cérémonie sacrificielle imaginée par des marchands barbares, l’Auswitch des fleurs ?

N’oubliez jamais que cette rose que vous avez été si fier de mettre sur votre table est le résultat d’un processus naturel complexe et extraordinaire, qu’elle a d’abord été une toute petite graine contenant un embryon dont il naîtra une jeune plantule avec ses premières et fragiles racines. Arrosée régulièrement, engraissée, ensoleillée, bichonnée par l’horticulteur, elle a développé peu à peu son appareil végétatif, monté doucement en tige, déployé quelques fines feuilles, bourgeonné timidement pour enfin, de bonheur, s’épanouir progressivement en nous faisant don de ses pétales délicatement colorés et de son parfum suave et sucré.

Et en ce jour, princièrement droite dans sa splendeur, la voilà brutalement coupée pour être offerte par un enfant qui n’en a rien à faire à une mère qui se fane. Stressée, privée de ses éléments nutritifs naturels que ne remplacera jamais le sachet de “viagra” proposé par le commerçant, elle va en quelques jours dépérir, sans même avoir eu le temps d’essaimer. Elle va peu à peu cesser d’embaumer de ses délicates senteurs, sa tige affaiblie va tristement baisser la tête, ses pétales se recroqueviller un par un et flétrir à jamais, avant de se détacher vaincus par cette cruauté humaine, nous abandonnant dans le vase tombal pour seule mémoire un bois mort et sec qui finira dans une poubelle.

Non ! Arrêtons le massacre ! Militons en refusant de couper les fleurs ! Laissons-les en terre et vivons en harmonie avec elles.  Rejoignez la S.P.F, Société Protectrice des Fleurs. Luttons contre leur maltraitance. Adopter un pot de fleurs est un acte responsable. Avant vous ne saviez pas, mais maintenant ?

Partagez sur vos réseaux sociaux
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 réflexions sur “Le crime des fleurs coupées”

  1. Merci pour le sourire cruel que ton texte à fait naître sur mon visage fané. Si tu savais que je pousse le vice jusqu’à fabriquer des marque-page avec des fleurs pressées… Un bon texte : on signe où pour le SPF ? :))

  2. Mais n’est-il pas du lot commun de finir fané ? Certes il arrive aussi à certains d’entre nous de brusquement chuter sur notre chemin de vie, mais à ce moment là, hélas, pas grand monde pour admirer notre beauté éphémère qui s’étiole d’un seul coup. Et si parfois, comme la rose, nous partons en quelques jours, nul n’est en tout là pour nous admirer et se pâmer de nos dernières senteurs. Et puis, les roses adhèrent-elles à la SPH (Société Protectrice des Humains) ? Pas que je sache !
    Alors, c’est dommage pour la rose et pour toutes les autres fleurs, mais elles ne subissent jamais que le lot commun des choses de ce monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

13 − neuf =