Rébellion

Un  point à l’endroit

un point à l’envers

c’est  l’été chez grand-mère

 

un rang à l’endroit

un rang à l’envers

faut lui tricoter des genouillères

en coton pour l’hiver

et puis des gants de toilette

« des mains » comme elle dit

 

assise  aux pieds de grand-mère

sur un petit banc

j’ai huit ou neuf ans

je rouspète

dans ma tête

tandis que mes frères

jouent à Duguesclin

dans le pré du voisin

près de la ligne de chemin de fer

 

le coton s’entortille

autour des aiguilles

les mailles se débinent

ça fait des trous

tu défais et tu refais tout

je je je déteste grand-mère

 

entre deux rangs

on ne pousse pas la chansonnette

c’est un cantique ou une prière

à connaître

sur le bout des doigts

saintemariemèrededieu

délivrez-moi de grand-mère

de ses genouillères

et de ses gants de toilette

jésusmariejoseph

au diable tout ça

je veux des tricots

rigolos

 

mère couturière

tricoteuse grand-mère

je ne serai jamais

une parfaite ménagère

mais

comme je ne peux ni jouer

avec mes frères

ni lire sous les pommiers

je sais ce que je vais faire

 

je vais écrire dans ma tête

les yeux baissés sur le tricot méprisé

un mot à l’endroit

un mot à l’envers

je suis là

où jamais tu ne viendras

grand-mère

tralali lalère

 

Thérèse André- Abdelazie

à relire de l’auteure : l’exilé

 

 

 

Partagez sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.