Vieillissant

Suite à ma remarque sur ” le regard des autres”,  un ami m’adresse ce texte d’Olivier de Kersauson. Il m’a semblé préférable de de ne pas le limiter à un simple commentaire et de vous le proposer ici. Sa conclusion est une belle leçon de vie que j’ai personnellement bien du mal à suivre !

Vieillissant, je ne me dis pas que les promenades en bord de mer seront de moins en moins nombreuses mais je me dis que les attaques de la nostalgie vont se faire de plus en plus fréquentes. Et c’est normal car j’ai plus de passé que d’avenir, donc dans l’équilibre de mon psychisme, il y a davantage de choses faites que de choses à faire. La tentation est grande de se laisser rattraper par le souvenir. Mais je veux encore me fabriquer des moments et non pas en revivre. Le jour où je vais disparaître, j’aurai été poli avec la vie car je l’aurai bien aimée et beaucoup respectée.

Je n’ai jamais considéré comme chose négligeable l’odeur des lilas, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit du ressac sur le sable lorsque la mer est calme, le clapotis.

Tous ces moments que nous donne la nature, je les ai aimés, chéris, choyés. Je suis poli, voilà. Ils font partie de mes promenades et de mes étonnements heureux sans cesse renouvelés.

Le passé c’est bien, mais l’exaltation du présent, c’est une façon de se tenir, un devoir.

Dans notre civilisation, on maltraite le présent, on est sans cesse tendu vers ce que l’on voudrait avoir, on ne s’émerveille plus de ce que l’on a. On se plaint de ce que l’on voudrait avoir. Drôle de mentalité !

Se contenter, ce n’est pas péjoratif. Revenir au bonheur de ce que l’on a, c’est un savoir-vivre.

– Olivier de Kersauson

Partagez sur vos réseaux sociaux

5 réflexions sur “Vieillissant”

  1. Je partage et j’applique en ajoutant aussi que nous les “anciens”, c’est comme cela que nous sommes appelés au Québec, nous avons un avenir et des projets. Peut être sera t’il court, peut être ne réaliserons pas tous nos projets, mais…

    Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer.
    Guillaume 1er

    Amicalement

    1. au risque de passer pour un jouisseur et je n’en ai même pas honte, profitons au maximum de tous les instants et arrêtons de demander la lune, la terre est si belle quand on sait la regarder!!!

      1. Connaissant un peu tes soucis, je suis, depuis déjà un certain temps, admiratif de ton optimisme combatif.
        Il ne faut pas demander la lune, dis-tu, et pourtant c’est bien sur elle que les hommes ont voulu commencer par atterrir, et c’est bien la terre que nous ne respectons pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.