Un livre pour se déconfiner le cerveau.

PARIS-VENISE par Florent Oiseau. Chez Pocket (tien ! comme moi, je fais la grenouille qui…)

L’histoire de « Roman » embauché comme garçon de cabine dans ce train-couchettes.

Court mais drôle… et en cette triste période, un bon antidépresseur. Un petit côté Audiard, si vous voyez ce que je veux dire.

2 petits extraits à la volée :

Entretien d’embauche :

  • Comment s’est terminée votre dernière aventure professionnelle

  • Comme une histoire d’amour, monsieur, avec des regrets et quelques jolis souvenirs.

  • Vous vous êtes fait virer.

  • Oui.

Définition de sa fonction dans le train

 En règle générale, je m’occupe des wagons-couchettes ou du bar. Quand je suis en couchettes, j’ai un peu le même boulot que les hôtesses de l’air. L’altitude en moins. Une hôtesse de terre, du coup. Enfin hôte de terre, mais je préfère le dire au féminin, ça sonne mieux, ça apporte du prestige à la profession, du glamour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :