PANIQUE À L’HERBAUDIÈRE

Une agitation insolite perturbe le port de l’Herbaudière. Sous le regard médusé des touristes, Herbaudrins et Herbaudrines courent en tous sens, de la rue de la Pointe à la rue Lemonier, cherchant je ne sais quoi, qui derrière les poubelles, qui le long du môle, qui dans les ruelles sombres, l’air affairé et angoissé.

Lire la suite »

Nomadland

Après un coup de cœur pour le dernier livre de Pierre Lemaitre, je ne peux pas m’empêcher de vous inviter très fortement à aller au cinéma voir Nomadland, un film au 3 oscars : le Lion d’or à la Mostra de Venise puis le Golden Globe du meilleur film dramatique et l’Oscar du meilleur film cette année.

Lire la suite »

LOL

Après la participation de Kurt pour inaugurer la rubrique “humour”, j’ai le plaisir de vous offrir aujourd’hui celle de Pomédio avec son célèbre chien LOL, Lourd, Odieux et Loufoque.Poésie,

Nouvelles, Photos.. mais Paroles Vagabondes, c’est aussi la bonne humeur !

Lire la suite »

Pauvre petite fille 

Aujourd’hui il pleut. Bien sûr le soleil n’aurait rien arrangé, tout le monde aurait été triste de toute façon. Un enterrement ce n’est jamais gai. Maman pleure, les gouttes de pluie se mélangent à ses larmes et ses cheveux se collent sur son front. 

Lire la suite »

Rien n’est noir.

Claire Berest a écrit : “Rien n’est noir” paru en poche et qui retrace la vie et l’œuvre de Frida Kalo. C’est mon coup de cœur et je souhaite le partager avec “paroles vagabondes”.
Voici un extrait qui relate l’instant de l’accident qui laissera Frida gravement handicapée pour le restant de sa vie.

Lire la suite »

Vieillissant

Suite à ma remarque sur ” le regard des autres”,  un ami m’adresse ce texte d’Olivier de Kersauson. Il m’a semblé préférable de de ne pas le limiter à un simple commentaire et de vous le proposer ici. Sa conclusion est une belle leçon de vie que j’ai personnellement bien du mal à suivre ! Vieillissant, je ne me dis pas que les promenades en bord de mer seront de moins en moins nombreuses mais je me dis que les attaques de la nostalgie vont se faire de plus en plus fréquentes. Et c’est normal car j’ai plus de passé que d’avenir, donc dans l’équilibre de mon psychisme, il y a davantage de choses faites que de choses à faire.

Lire la suite »

Le tribunal des parents

Je n’avais d’abord publié ici que le premier acte de cette saynète. La voici dans sa totalité.  Premier acte Lieu : un tribunal Le président : Prévenu, il vous est reproché d’avoir trop aimé votre fils et – fait aggravant – de l’avoir élevé bourgeoisement. Reconnaissez-vous les faits ? L’accusé : Monsieur le Président, sans vouloir vous offenser, puis-je faire remarquer que la caractéristique de la cuisine bourgeoise est d’être simple et bonne ? Mais pour le reste, oui – bien sûr – j’ai beaucoup aimé, et j’aime d’ailleurs toujours, mon fils. Je ne savais pas qu’il ne fallait pas ! Le président : Allons vous savez bien que nul n’est censé ignorer la loi et pour ce qui nous concerne que les parents sont toujours responsables.

Lire la suite »

2022

  Priorité à l’humour en ce début d’année. Il est notre anticorps à Omicron. Si ces 2 dessins que j’ai sélectionné  (et que je publie avec l’accord des auteurs) vous amusent, cliquez sur les liens  pour prolonger votre plaisir. Les dessins de Pomédio Le blog de KARAK

Lire la suite »

la panthère des neiges

“Nous sommes allés voir cet après-midi le film de Vincent Munier et Sylvain Tesson « la panthère des neiges », c’est un film absolument formidable tant du point de vue des images d’une beauté sauvage et sauvegardée, que des textes et conversations enregistrées entre les deux hommes qui sont philosophiquement et écologiquement simples et humbles mais aussi éclairés. En sortant du cinéma nous avions l’impression que nous ne voyons plus les choses désormais de la même manière. Je vais me jeter sur le livre de Sylvain Resson dès ce soir.” (Vos coups de cœur valent bien, les miens !  Si vous avez vu ce film, donnez nous aussi votre avis Pierre Bussière)

Lire la suite »

11 novembre 2021

Dehors le ciel n’obéit qu’à lui seul et le vent est partout ; sur la mer, échouée comme nous tous, un arbre, je le regarde en frère, je voudrais savoir d’où il vient, si c’est d’Alger, ou de Tadoussac, si c’est du Frioul tout proche, mais tous les lieux se fondent dans l’arbre qui fait violence à toute idée d’origine et de pureté, de race, qui fait violence à tout ce qui sous le soleil n’est pas poursuite du vent, l’arbre sans racine ni branche tendue vers aucun nuage, je le regarde et je m’éloigne quand la respiration des vagues l’a épuisé, et qu’il m’a transmis son secret, que je ne dirai pas, pas ici. Pas un jour ces jours où

Lire la suite »